Différences entre le pari et les jeux de compétences

Le pari ou jeu a été défini en 1996 par la Cour Suprême comme des mises et enjeux placés uniquement sur des jeux de hasard comme le Rami en Inde. Dans ce jugement, la Cour Suprême exclut particulièrement les jeux de compétence, indépendamment du fait qu'ils soient joués ou non pour de l'argent, selon la définition du pari. La citation exacte du verdict de 1996 est la suivante : L'expression « jeu » dans les deux lois doit être interprétée à la lumière de la loi instituée par cette cour dans les deux cas de 1957, où il a été officiellement rendu publique qu'une compétition qui dépend en grande partie des compétences du joueur n'est pas une activité de pari. Jouer est l'acte ou le fait de parier sur un jeu de hasard. Cela consiste à parier sur la chance, et cette dernière est le facteur déterminant. Dans les deux lois, le jeu impliquerait alors de parier ou de miser sur les jeux de hasard, mais ne prendrait pas en compte les jeux de compétence comme les courses de chevaux.

En outre, la Public Gambling Act, qui est la loi centrale sur le pari ainsi que les lois étatiques adoptées par la suite sur le sujet stipulent que « rien dans cette loi n'est applicable aux jeux de compétence, peu importe où ils sont pratiqués ». Cela a également été mentionné dans le verdict de la Cour suprême en 1996, en vertu des lois Tamil Nadu et Madras.

Dans tous les cas, l'article 11 de la loi sur le jeu épargne spécifiquement les jeux de compétence des dispositions pénales des deux lois.

Qu'est ce qu'un jeu de compétence en vertu des lois indiennes ?

En 1996, la Cour suprême indienne a défini un jeu de compétence de la manière suivante : les compétitions dans lesquelles le succès dépend d'un niveau élevé de compétence ne sont pas appelées « pari », et bien qu'il y ait un élément de chance, si un jeu repose principalement sur la compétence, il resterait un jeu de « pure compétence ». Par conséquent, nous savons que l'expression « pure compétence » signifierait niveau important ou prépondérance de compétence.

Le rami est-il un jeu de compétence ?

La Cour Suprême de 1968 a rendu un jugement qui déclare le rami comme étant un jeu de compétence. « D'un autre côté, le rami nécessite un certain nombre de connaissances, car la distribution des cartes doit être mémorisée et la création du rami exige des compétences avérées dans la détention et la défausse des cartes. Par conséquent, nous ne pouvons pas dire que le rami est essentiellement un jeu de hasard. Il est principalement et majoritairement un jeu de compétence. La chance dans le rami est de même nature que dans un jeu de bridge ».

En outre, en 1996, la Cour suprême a également déclaré que dans un jeu de compétence comme le Rami en inde, bien que le facteur chance ne puisse être entièrement éliminé, c'est l'un des jeux dans lequel le succès dépend principalement d'un niveau élevé de connaissance, de la pratique, de l'attention, de l'expérience et de l'adresse du joueur. Le golf, les échecs et même le rami sont considérés comme étant des jeux de compétence. Les tribunaux ont estimé qu'il y a peu de jeux, au cas où il y en aurait, qui sont purement des jeux de hasard ou de chance. Aussi, étant donné qu'un jeu de hasard est un jeu dont le facteur chance prédomine sur la compétence, c'est de la même manière qu'un jeu de compétence est celui dans lequel la compétence prédomine sur la chance. C'est le facteur déterminant « compétence » ou « chance » qui indique la nature du jeu.